La fée carabine- Daniel Pennac

la-fee-carabine-271-250-400

Thèmes:

Humour, Famille, Vieux, Belleville, Policier, Enquête

Résumé:


Si les vieilles dames se mettent à buter les jeunots, si les doyens du troisième age se shootent comme des collégiens, si les commissaires divisionnaires enseignent le vol à la tire à leur petits enfants, et si on prétends que tout ça c’est de ma faute, moi, Benjamin Malaussène, je pose la question: Où va-t-on?

Avis:

Daniel Pennac n’est pas un auteur ordinaire, à chacun de ses livres correspond un monde différent. Dans celui ci, les vieilles dames tuent des policiers et les vieils hommes sont accros à la drogue. Une famille, celle de celui qui travaille comme bouc-émissaire, essaye de sauver ces vieux. Mais, après qu’un meurtre fut commit dans les premières pages, très poétiquement d’ailleurs (la fleur qui s’épanouie sur le torse du policier me rappelle le nénuphar que Boris Vian fait s’épanouir dans le poumon d’un de ses personnages dans l’Ecume des jours) la police est chargée de l’enquête et c’est autour de cette enquête, dans ce monde contemporain mais pourtant si différent, à cause du caractère de ses personnages notamment, que se centre le roman.
L’auteur s’amuse avec ses personnages, son monde imaginaire emmêlé avec le réel et surtout le langage que ce soit dans les dialogues ou les descriptions. Par exemple on retrouve la présentation d’un dialogue de théâtre quand Pastor parle à son supérieur. Il peut être difficile au premier abord de s’immerger dans ce livre à cause de ce jeu de l’auteur avec son lecteur.
Attention: ce livre est le tome 2 d’Au bonheur des Ogres (mais peut être lu séparément)
ps: Eh oui je l’ai fini un jour avant la fin du challenge o:)

Citations :
« Moi, Benjamin Malaussène, je voudrais qu’on m’apprenne à dégueuler de l’humain, quelque chose d’aussi sûr que deux doigts au fond de la gorge, qu’on m’apprenne le mépris, ou la bonne grosse haine bestiale, celle qui massacre les yeux fermés, je voudrais que quelqu’un se pointe un jour, me désigne quelqu’un d’autre et me dise : celui-là est le salaud intégral, chie-lui sur la tête Benjamin, fais lui bouffer ta merde, tue-le et massacre ses semblables. »
« -Famille, mon œil ! Il y a trente-six façons de nourrir sa famille ; à commencer par ne pas la nourrir du tout. Rousseau a très bien su faire ça. Et il était au moins aussi cinglé que vous ! »
« Elle s’est tuée pour lui dire tout son mépris filial. Les jeunes gens cultivés font ça, depuis que la psychanalyse a inventé le papa. »

Note: 8/ 10

+ jeu de l’auteur avec le lecteur
– ou on adhère ou on n’adhère pas au style de l’auteur
 
1/1

1/1

 
Publicités

7 réflexions sur “La fée carabine- Daniel Pennac

  1. Pingback: Challenge Daniel Pennac : prolongation et bilan année #1. |

    • C’est normal et c’est ton droit, c’est un livre particulier, il ne me tentait pas non plus au départ. Ce n’est pas un livre pour passer le temps mais un livre réfléchi avec des références et un style qui ne plait pas forcément. J’ai moi même eu du mal avec ce style mais au final ce que j’ai aimé c’est ce monde de fou et le jeu de l’auteur avec le lecteur ^^

Qu'en pensez vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s